Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2007

La pauvreté change de visage

8441a920c37b141b549f57a695eff660.jpgLa pauvreté change de visage mais fait toujours autant de ravage.

La nouvelle pauvreté n'accable plus seulement les chômeurs, les SDF, mais également ceux que l'on nomme désormais les travailleurs pauvres, les familles monoparentales, et même les étudiants et les retraités. Leurs conditions de vie déjà difficiles s'aggravent irrémédiablement pendant la période d'hiver et le froid.

On se dit "aujourd'hui c'est eux, et demain, peut-être nous ?"

be4e30315a59ece083456bfdb1dfbaec.jpgAvec la précarisation grandissante, la pauvreté nous concerne tous. Ce constat doit nous amener à encore plus de solidarité. En aidant notre voisin, de façon citoyenne, nous lui permettons de s'en sortir la tête haute et nous favorisons le développement de solutions utiles à toute notre société.
Les plus pauvres se heurtent trop souvent à un mur d'incompréhension et à l'indifférence. La honte et la peur obligent trop de familles à taire leurs difficultés et à cacher leur situation. La parole doit leur être restituée et des réponses existent.

Alerte pauvreté

b19dc431fc9bdb48d3bbb644d07def01.jpgFaire face au manque d'argent et à la précarité…

Le témoignage de Maria, 55 ans, Seine & Marne.

"C'est injuste car mon fils Christophe et moi, on n'a pas eu de vacances depuis plusieurs années, pas de sorties, pas d'argent. Je vous informe que les patrons n'embauchent pas et c'est la galère pour nous. On vit dans l'angoisse pour pouvoir payer le loyer et les autres factures".

Sur le terrain : aider, sans assister ni juger

Le témoignage de Monique, trésorière du Secours populaire de Mauriac.

"Nous recevons des demandes d'aide de jeunes qui n'ont pas de boulot, pas de formation. Ils ont souvent une compagne, un ou deux enfants, sont volontaires, mais n'ont pas de quoi aller chercher du travail à 50 kilomètres, faute de voiture. Alors on dépanne… Parfois pour l'électricité, le loyer, une caution… Pour la première fois, nous avons aussi des retraités qui arrivent chez nous".